La schiacciata fiorentina

(Gâteau à l'orange)

5 heures

11 ingrédients

Bernadette Amoros, Présidente de l’AIAPA

Sans titre (34).jpg

Italie

Ingrédients :

  • 250 g de farine 

  • 100 g de beurre

  • 60 g de sucre

  • 1 oeuf 

  • 1 jaune d’oeuf  

  • 125 ml de lait tiède 

  • L’écorce d’une demi-orange râpée

  • 1 c d’épices mixtes (cannelle, noix de muscade, anis étoilé, safran) 

  • Sucre glace

  • Cacao amer

  • 1 pincée de sel

Préparation : 

 

1. Versez la levure dans le lait légèrement tiède. 

2. Dans un récipient versez les œufs, la farine, le sucre, les épices, le sel, l’écorce d’orange râpée, le lait avec la levure.

3. Battez au fouet électrique à vitesse lente pendant 20 minutes (la pâte doit être lisse et compacte). Rajoutez le beurre ramolli          par petits morceaux en continuant à battre à une vitesse légèrement plus rapide durant 5-6 minutes.  

4. Formez une boule, recouvrez-la de papier film et laissez-la lever dans un endroit tiède pendant 2 heures. 

5. Disposez du papier cuisson sur une plaque (23x30 cm). Étendez la préparation à l'aide d'un rouleau à pâtisserie et placez-la      sur la plaque. Recouvrez de papier film et laissez reposer encore 2h. Mettez au four à 190° pendant environ 15 minutes, la        schiacciata doit être bien dorée. Sortez-la ensuite du four et laissez-la refroidir. 

6. Saupoudrez toute la surface de sucre glace. Déposez un pochoir en fleur de lys sur le gâteau et saupoudrez de cacao.  

pétrir la pâte

L’origine de la schiacciata alla

fiorentina :

 

A l'origine, c'était seulement une pâte à pain sucrée, avec beaucoup de saindoux, à laquelle on ajoutait parfois du lard. Son nom était « stiacciate delle Murate » car elle était préparée par les religieuses cloitrées du couvent de la 

via Ghibellina à Florence. La recette s’est transformée au fil du temps en ce dessert parfumé à l’orange, symbole par excellence de la ville de Florence en période de carnaval. 

Schiacciata signifie "écrasé" en Italien. L’origine du nom est semble-t-il due aux œufs qu’il était nécessaire d'écraser (battre) pour la préparer.