Soupe à l'oignon

45 minutes

9 ingrédients

Amélie

Sans titre (2).png

France

istockphoto-160198781-170667a.jpg

Ingrédients :

  • 15 tranches de pain de campagne ou de seigle rassis coupées en morceaux 

  • 1 kg d'oignon

  • 4 litres d'eau

  • 4 cs d'huile de friture

  • 1 cs de concentré de tomates

  • 3 cubes de bouillon de pot-au-feu ou de volaille

  • 2 cs de farine

  • Gruyère râpé 

  • Sel et poivre

Préparation :

1. Faites bouillir l’eau dans une grande casserole (faitout) avec les cubes de bouillon et du poivre.

2. Dans une sauteuse, faites revenir les oignons préalablement coupés en fines tranches jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés. 

3. En fin de cuisson, ajoutez la farine et laissez cuire en remuant pendant environ 1 minute.

 

4. Mouillez avec un peu de bouillon à ébullition et déglacez la sauteuse. Versez le contenu dans la sauteuse dans laquelle se trouvent l’eau et le bouillon. Rajoutez le concentré de tomates et laissez bouillir doucement pendant environ 20 minutes. Salez et poivrez à votre convenance. 

5. Placez les tranches de pain dans des bols allant au four (si on souhaite une soupe gratinée, mais ce n’est pas obligatoire).

6.Versez le bouillon sur les tranches de pain avec les oignons de manière à les recouvrir complètement (si nécessaire rajoutez du bouillon car le pain l’absorbe).

7. Vous pouvez servir la soupe directement en disposant du gruyère râpé dessus. Dans le cas où vous souhaitez qu’elle soit gratinée, recouvrez de gruyère et faites gratiner au four 10 min (mode grill). 

                                              de manger cette soupe le dimanche chez ma grand-mère, à la campagne. Chez elle, un repas ne pouvait pas avoir lieu sans soupe. Toutes les personnes âgées de mon village avaient même pour habitude d’ajouter du vin à la dernière cuillère de l’assiette (on appelle cela chabrol). 

Cette soupe, très économique et rassasiante, est très répandue dans ma région d’origine, le Limousin. Aujourd’hui, elle est encore souvent cuisinée et il est même habituel de la manger entre amis en fin de soirée très (très) tardive, lorsqu’un creux apparaît.

J'avais l'habitude